Interventions

 

Intervention sur le harcèlement

 

« UNE RENCONTRE CHOC »

 

2/02/2018
A l’auditorium de Saint Laurent

Tous Tous les élèves du collège Saint Laurent ont pu rencontrer (01 et 02 février 20148) et écouter le témoignage bouleversant de Noémya GROHAN, victime du harcèlement pendant ses 4 années de collège.

Elle fait aujourd’hui de son histoire, un combat pour libérer la parole des élèves, et porte ainsi son témoignage aux 4 coins de la France.

« Des mots sur les maux »

« Je crois que c’est après cet épisode que j’ai commencé à mettre un mot sur ce qui m’arrivait. La solitude, le sentiment de décalage, dès le début, je les avais déjà ressentis. Le harcèlement scolaire, c’était un mot plus grave. Mais plus les jours passaient, plus l’évidence était là, sous mes yeux. Je n’étais pas qu’une élève chahutée par quelques meneurs. Beaucoup d’autres les avaient imités et me traquaient en permanence. J’étais devenue une cible.  »
Il y a quelques semaines, tous les professeurs principaux ont lu quelques extraits tels que celui-ci aux élèves. Nous voulions les préparer à cette rencontre et les inviter à lire ce témoignage. Certains élèves ont ainsi pu l’emprunter au CDI, le collège ayant fait l’acquisition de 8 exemplaires.
La rencontre s’est déroulée en 2 temps. D’abord la diffusion d’un court métrage a permis aux élèves de « poser » la définition du harcèlement et de définir les 4 types de harcèlement qui existent (moral, physique, cyber-harcèlement, et harcèlement sexuel).
Ensuite est venu le temps du témoignage de Noémya, suivi des questions de nos élèves. Des moments forts car certains ont été très touchés par les mots qu’elle a mis sur ses « maux » comme elle se plait à dire.
Elle s’est ainsi re-construite par l’écriture et par le sport dit-elle aux élèves.
« Il faut parler ! », les harcelés bien sûr mais aussi tous les témoins ; qui par peur souvent se taisent !
Voilà ce qui ressort le plus, parler à ses parents, Professeurs, adultes….
Noémya n’a pas osé parler et elle raconte que sa mère a été très choquée lorsqu’elle a appris tout
ce que sa fille avait enduré.

En tant qu’enseignante je lui demande avant la rencontre :

– « Puisque vous n’avez pas alerté l’équipe, ni vos enseignants, qu’attendiez-vous d’eux alors, vous semblez leur en vouloir ?
– J’attendais qu’ils me demandent pourquoi je n’allais pas bien.
Mes résultats avaient subi une très forte chute entre le CM2 et la 6ème, et j’avais beaucoup d’absences, des absences injustifiées…et à aucun moment un adulte ne m’a posé une question.
– Vous attendiez juste qu’on vous tende une main, qu’on vous demande ce qu’il vous arrivait ?
– Oui n’importe quelle question m’aurait permis de parler, de dire…mais, seule, aller au-devant de mes profs c’était trop difficile »

Au retour nous discutons un peu avec les 3èmes A, tous sont unanimes, c’était une rencontre forte émotionnellement. Nous revenons un peu sur les impressions de chacun et j’encourage de nouveau la lecture du livre pour ceux qui ne l’aurait pas lu…
Luttons tous encore et encore contre ce fléau qui gâche la vie de nos ados.
« Je, tu, ils, nous luttons contre le harcèlement », telle pourrait être la devise au collège Saint Laurent !

HPIM4563      HPIM4562